Jeudi 11 février 4 11 /02 /Fév 19:07

 «Mon Dieu, protège-moi de mes amis.  Quant à mes ennemis, je m’en charge.» (Saint-François D’assise)

 

Aujourd’hui, au bloc opératoire, je discutais avec deux collègues qui chacun, ont des fonctions dirigeantes dans notre hôpital.

J’hésite encore à livrer les noms mais… je ne sais si je résisterai longtemps.

 

Il n’en demeure pas moins que je suis outré, effrayé, fâché de voir que ceux qui doivent assurer notre défense et celle plus globale, de l’hôpital, puissent baisser les bras de la sorte.

Si les instances dirigeantes capitulent avant d’avoir livrer bataille, la victoire ne peut être espérée.

Car enfin, si on se rallie d’emblée à l’argumentation de la non rentabilité, que l’on donne raison sans discuter à l’adversaire, c’est, disons le, capituler en rase campagne, sans gloire et sans honneur.

Lorsque des syndicats font grève et négocient avec le patronat, à tort ou à raison, ils ne commencent pas dire

« Patron, vous avez raison de fermer la boutique… ».

Une négociation, c’est donnant-donnant.

 

De plus, concernant la rentabilité de la chirurgie, personne ne nous a encore donné le détail des recettes et dépenses, avec la ventilation précise.

Comment dans ce contexte, peut-on discuter de rentabilité.

Certains se sentent peut-être, une âme de 'Bourgeois de Calais', prêts à se soumettre, pieds nus et la corde au cou, mais ils auront lutté avec moins d'opiniâtreté que les habitants de la dite ville.

 

Enfin, je ne suis pas persuadé que la gestion actuelle de la Santé, déjà portée sur les fonds baptismaux depuis des décennies, soit réellement bien opportune.

 

Mon sentiment pour l’instant, est que le pôle administratif de la santé se développe de plus en plus, on engage du personnel pour démontrer, calculer, expliquer et appliquer une réduction du personnel soignant afin de faire des économies sur la masse salariale.

Trouvez l’erreur !

 

Avec les SIIPS et autres calculs de charge de travail, on réduit,
non,
on rationalise le personnel soignant alors que dans les bureaux des hautes sphères pensantes, tant hospitalières que dans les multiples agences et autre officine, on se multiplie plus vite que les petits pains.

« Vahine, c’est gonflé » pour parodier une pub bien connue.

 

Est-ce bien raisonnable ?

 

Alchir

Par alchir - Publié dans : billet d'humeur
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Derniers Commentaires

Recherche

Vue générale du blog

  • Flux RSS des articles

Recommander

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés